Critères d’évaluation d’une demande de rachat de crédits
4.9 (98%) 32 votes
 

Critères d’évaluation d’une demande de rachat de crédits

Pour accepter une demande de rachat de crédits, les organismes prêteurs procèdent à une étude approfondie du dossier de l’emprunteur auquel ils attribuent un score et dont ils déterminent le profil en fonction de différents critères qu’ils apprécient plus ou moins librement.

Des éléments d’appréciation objectifs

Certains aspects de la demande de rachat de crédits vont être appréciés objectivement, comme par exemple l’étude des revenus ou encore le taux d’endettement. Mais d’autres éléments seront jugés d’une manière beaucoup plus subjective, en fonction notamment de la sensibilité du banquier et de l’impression qui ressortira d’éventuels entretiens avec l’emprunteur, en complément de l’étude du dossier.

L’objectif du prêteur est avant tout d’évaluer le risque qu’il prend en accédant à la demande de rachat de crédits, mais son analyse permettra également de déterminer plus précisément les conditions de financement qu’il pourra consentir.

Ainsi, l’analyse des ressources du demandeur fera ressortir la notion fondamentale de « reste à vivre », c’est-à-dire la part des revenus qu’il reste au ménage pour payer les dépenses courantes une fois les charges d’emprunts déduites.

Bien plus que le taux d’endettement, dont le maximum standard est fixé à 33% des revenus, le « reste à vivre » est apprécié de manière plus subtile par le prêteur en fonction d’un barème qu’il aura lui-même fixé (par exemple 800 euros par mois pour un célibataire, 1000 pour un couple, 300 euros supplémentaire par enfant à charge, etc.)

Train de vie et comportement examinés à la loupe

De la même façon, si le prêteur s’intéresse aux dépenses du demandeur(par le biais notamment de ses relevés de comptes) c’est également pour s’assurer de son bon comportement financier, et en particulier pour dépister d’éventuels incidents de paiement (découverts, retards de paiement sur échéance d’emprunt, …) qui pourraient disqualifier le futur emprunteur.

Globalement, c’est le train de vie du demandeur qui est passé à la loupe, à travers ses habitudes de consommation, lesquelles peuvent contribuer à établir son profil d’emprunteur.

La capacité d’épargne elle aussi va être étudiée car, même modeste, une épargne constituée régulièrement est un gage de maturité face aux obligations à moyen et long terme du demandeur ; un élément de nature à rassurer quiconque est sollicité pour accorder un prêt en vue d’un rachat de crédits.

Une situation socio-économique déterminante

D’autres critères sont examinés en plus du taux d’endettement avant opération, comme par exemple le nombre de crédits souscrits et/ou faisant l’objet de la demande de regroupement.

L’âge et la situation familiale ou professionnelle peuvent également entrer en ligne de compte, sachant que l’emprunteur-type idéal a entre 25 à 50 ans, dispose d’un contrat de travail stable (contrat à durée indéterminée dans le privé ou fonction publique) avec une ancienneté significative dans la fonction exercée, sans oublier un régime d’union susceptible de perdurer pendant la durée du prêt (mariage, pacs, …).

Enfin, l’existence d’un patrimoine ou de biens immobiliers pouvant servir de garanties facilitera grandement l’obtention d’un accord de regroupement de crédits.

Critères d’évaluation d’une demande de rachat de crédits
4.9 (98%) 32 votes