L’approche Open Data comme levier de création de valeur
4.9 (98%) 32 votes
 

L’approche Open Data comme levier de création de valeur


«Si nous partageons des données sur le Web, des données publiques, des données scientifiques, des données citoyennes, quelles qu’elles soient, nous saurons en tirer de merveilleuses créations que nous n’aurions jamais pu imaginer. « 

C’est le principe fondamental de l’Open Data dévoilé par Tim Berners-Lee, l’inventeur du Web.

Adopter l’approche Open Data, c’est rendre une gamme de données brutes accessible et facilement réutilisable par tous.

Alors que les agences gouvernementales traitent particulièrement des données ouvertes, une telle approche peut également avoir un sens pour les entreprises privées.

Un processus obligatoire pour les institutions publiques …

Des initiatives de Public Open Data initiées par les pays anglo-saxons aux Etats-Unis en 2009 avec le portail «data.gov» et le Royaume-Uni «data.gov.uk» voient désormais le jour en France et concernent également la circulation des citoyens. des villes, des départements, des régions et même des locaux directement comme l’État français …

En effet, depuis 2005, la législation française prévoit un droit opposable à la réutilisation des données accessibles au public (à l’exception des données dites «sensibles» ou «privées»).

Rennes, ville pionnière en France, a ouvert certaines de ses données publiques en mars 2010, et aujourd’hui au moins 118 bases de données publiques sont mises à disposition sur la plateforme data.rennes-metropole.fr. À partir de ces données, plus de 60 services trouvés sur l’Internet fixe et / ou mobile sur des thèmes variés tels que le transport, l’accessibilité, l’environnement ou la culture sont nés.

Cette initiative s’adresse spécifiquement à Rennes Métropole pour valoriser des données à moindre coût jusque-là réservées à un usage interne, développer la citoyenneté au niveau de sa propre région grâce à la transparence de ses données publiques, et in fine la vision d’une région innovante au niveau national. Dans le même temps, les habitants et les usagers de la ville bénéficient d’une offre unique en France en termes de nombre d’applications connectées à leur région et de variété des sujets traités.

Autre exemple, depuis le lundi 5 décembre 2011, l’État français est entré dans l’ère de l’Open Data, sur les traces de ses voisins anglo-saxons, à travers la plateforme «data.gouv.fr», qu’il coordonne. organisme public Etalab (organisme chargé de l’harmonisation et de la diffusion des données produites par les administrations).

90 producteurs au total, données publiques[i] (ministères, collectivités locales, institutions publiques) fournissant plus de 350000 ensembles de données publiques sur un large éventail de sujets: sécurité et criminalité, emploi et chômage, fiscalité locale, transports et localisation géographique des services publics, situation, environnement et qualité de l’air, …

Au-delà de la mise à disposition de jeux de données, Etalab a également présenté un programme d’incitation à la réutilisation des données publiques, intitulé «Data links», visant à rassembler une trentaine d’acteurs de l’innovation le 17 février 2012. (grandes entreprises, pôles de compétitivité, etc.) et un grand nombre de porteurs de projets qui se réuniront lors d’événements clés et notamment de 4 concours prévus en 2012, ont pour objectif de récompenser les bonnes pratiques ou les services qui réutilisent des données publiques.

cela pourrait être une opportunité pour tout un écosystème

Parallèlement à ces actions publiques, les entreprises privées commencent à réutiliser des données publiques et envisagent même d’ouvrir leurs propres données.

Selon une étude récente, 40% des entreprises ont adopté une approche plus ou moins sophistiquée de la réutilisation des données publiques.[ii].

Enrichir les analyses et les études, améliorer et améliorer la fourniture de produits et de services semblent être les principaux avantages recherchés par ces entreprises.

Pour preuve, fin 2011, Orange disait: «Où habites-tu vraiment? »Avec OWNI, The Fing et Everydatalab[iii]. Invitant les internautes à revisiter leur territoire sous la forme d’un test utilisant des informations fournies par des données accessibles au public, le site a rencontré un réel succès avec plus de 20 000 utilisations en moins de 2 mois.

Les résultats rassemblés par les chercheurs du laboratoire Orange Humanités et Sciences Sociales permettront à leurs établissements de mener une première analyse des effets de la mise à disposition des données publiques à la représentation des internautes, des services publics et des services publics. leur territoire.

Au-delà de la réutilisation des données accessibles au public, certaines tentatives de divulgation de données ont déjà été faites par des entreprises. Ces actions visent avant tout à créer un écosystème de partenaires qui contribuera au développement de services innovants et à la satisfaction client à moindre coût.

En ce sens, la SNCF a entamé une réflexion autour de l’Open Data en 2011, aboutissant à la mise en place d’un site privé et au lancement d’un concours d’opinion en 2012. Des applications mobiles conçues pour mieux informer les voyageurs sur leurs voyages. Après 100 000 visites et 2 037 propositions d’applications en 2 mois, 4 concepts ont été sélectionnés pour être développés dans le cadre des «SNCF Transilien Hack Days» qui se tiendront à Paris en juin et seront finalement intégrés dans la boutique en ligne «Transilien Store». pour les utilisateurs mobiles.

Au final, la décision d’initier une démarche Open Data doit être évaluée au regard des objectifs de sa stratégie digitale et des bénéfices qu’elle peut apporter à l’entreprise en lien étroit avec la stratégie d’innovation.

En outre, la sélection et l’ouverture des ensembles de données ne constituent que le premier niveau du processus. Pour encourager l’innovation et la créativité des réutilisateurs, il est essentiel que l’approche Open Data soit libre et soutenue par un système d’animation communautaire continue.

Enfin, comme pour tout projet, la mesure des indicateurs de performance est cruciale pour s’assurer que l’approche Open Data appliquée devienne un levier de création de valeur répondant aux objectifs et défis initialement définis.

Ressources

[i] http://www.data.gouv.fr/

[ii] Etude Bluenove / BVA – Septembre 2011

[iii] http://www.orange.com/fr_FR/presse/communiques/cp111201fr.jsp

Retrouvez l’offre de conseil VERTONE pour le secteur public



Source link

L’approche Open Data comme levier de création de valeur
4.9 (98%) 32 votes