Le rachat de crédits pour pallier la baisse du taux du Livret A
4.9 (98%) 32 votes
 

Le rachat de crédits pour pallier la baisse du taux du Livret A

Le taux de rémunération du livret A va finalement être ramené à 1.25% par an, renouant ainsi avec son niveau historiquement bas de 2009. Cette décision fait l’objet de vives critiques de la part de ceux qui considèrent, à droite comme à gauche, que c’est un coup dur porté au pouvoir d’achat des Français les plus modestes.

Les banques discrètes après la polémique sur les crédits

De leur côté, déjà accusées de ne plus jouer leur rôle de soutien à l’économie en durcissant les conditions d’octroi des crédits, surtout pour les particuliers et les PME, les banques préfèrent ne pas se prononcer sur la question du livret A afin d’éviter toute nouvelle polémique.

Mais elles seraient plutôt favorables à une éventuelle désaffection des Français pour ce qui reste leur support d’épargne préféré car, contrairement à ce qui se passe pour un grand nombre de placements financiers, l’argent déposé sur un Livret A ne profite pas en priorité à l’établissement qui le gère : les deux-tiers des sommes épargnées sont centralisées à la Caisse des Dépôts afin de financer ses propres missions en faveur du logement social, privant ainsi les banques d’une grande partie de l’épargne de leurs clients.

Un mode de calcul biaisé ?

Quant au maintien du pouvoir d’achat, le gouvernement indique que le taux du livret A reste supérieur à l’inflation, ce qui permet théoriquement de préserver la capacité financière des Français.

Or, cette analyse ne tient pas compte de l’indice des prix à la consommation, lequel mesure les variations du panier de biens et services couramment consommés par les Français.

Pour de nombreux experts, il serait le seul indicateur fiable du véritable coût de la vie et, malgré une légère amélioration entre février et juin 2013, cet indice connaît depuis plusieurs années une augmentation constante comprise entre 2 et 2.5% par an, soit bien au-dessus du taux de rémunération du livret A.

L’alternative du rachat de crédits

Là encore, les consommateurs n’ont que peu de solutions alternatives pour préserver un minimum de pouvoir d’achat. L’une d’elles consiste à obtenir un rachat de crédits, c’est-à-dire le regroupement de tous les emprunts et dettes en cours sous une seule et même ligne de crédit, quitte à repousser l’échéance globale.

L’objectif pour l’emprunteur est alors d’alléger considérablement le poids de ses mensualités afin de dégager un reste-à-vivre mensuel qui compenserait les entailles successives faites à ses revenus de placement notamment.

Complexe et nécessitant le plus souvent l’aide d’un spécialiste, le rachat de crédits reste malgré tout une opération qui engage la responsabilité de l’emprunteur et qui implique de disposer des mêmes garanties que pour un crédit classique.

Le rachat de crédits pour pallier la baisse du taux du Livret A
4.9 (98%) 32 votes