Programmes de fidélisation en quête de renouvellement
4.9 (98%) 32 votes
 

Programmes de fidélisation en quête de renouvellement


VERTONE a publié le quatrième numéro de sa référence multisectorielle des programmes de fidélisation en juin 2015.

Cette année, l’étude couvre plus de 600 marques (dont 20% de marques étrangères), 300 programmes de fidélité et le secteur d’activité 40 BtC et Rechercher « renouvellement des programmes de fidélité »Pour répondre à une certaine fatigue des consommateurs, souvent face à des programmes de fidélité très standardisés.

Les principaux filières d’études

L’étude de 2013 a mis en évidence l’émergence de programmes dits d’équilibrage (bénéfices versus fidélité) qui changeraient les fondements sacrés de la fidélité (bénéfices versus chiffre d’affaires) … en vain. Recherche 2015, numérisation (dématérialisation et socialisation) et Personnaliser peut générer des clés Réinventer des programmes de fidélisation hautement standardisés avec de moins en moins de satisfaction client.

Alors que 61% des acteurs apprennent à avoir un programme de fidélité structuré, nous ne pouvons que confirmer le poids de ces appareils dans notre monde de consommation et les stratégies marketing des marques.

Quoi qu’il en soit, les programmes de fidélité (beauté, jardinage, GSA, transport aérien, etc.) et les industries plus isolées (services à la personne ou CtoC comme l’énergie, le luxe, etc.).

Si le bilan de création de programmes de fidélité entre 2013 et 2015 est positif en faveur des programmes d’aide, programmes de récompenses représente toujours 60% Programmes étudiés en France (contre 40% pour les programmes d’aide). Au sein des programmes de prix, Les programmes de points dominent un très grand (86%) par rapport aux programmes de cashback (14%).

Nécessite une crise économique, les marques cherchent à rationaliser et simplifier les catalogues d’avantages avec moins de primes, dématérialisés et plus proches de l’univers des marques.

Les programmes sont encore pour la plupart gratuits (83%) soulignant la volonté des marques de recruter le plus grand nombre de clients répartis en segments relativement faibles (23%) et très peu ciblé (dix% Les programmes sont dédiés à un objectif spécifique – les jeunes, les femmes enceintes, les jeunes couples, les seniors, en particulier les meilleurs clients du secteur bancaire et GSA).

La dématérialisation des programmes de fidélité via les applications mobiles s’est nettement améliorée (39% 100% des programmes examinés étaient équipés de la fourniture de fonctions mobiles facilitant les parcours clients (contre 18% en 2013). En arrière, les cartes physiques sont encore abondantes (63% des programmes étudiés)… certainement pas pour longtemps!

L’intégration des programmes de fidélité aux réseaux sociaux gagne du terrain Aussi (32% (des programmes associés): les réseaux sociaux permettent de recruter de nouveaux membres, de stimuler les communautés membres, de récompenser le comportement des clients, de gérer des comptes de fidélité ou, plus simplement, de communiquer sur les programmes de fidélité.

Certaines marques utilisent davantage la gamification en lançant des événements basés sur des jeux pour stimuler les programmes de fidélité. (généralement des programmes de fidélisation qui sont actuellement actifs et qui ont une grande communauté de membres).

Marques confrontées à une certaine fatigue des consommateurs sur des programmes de fidélité très standardisés, s’efforcer en permanence de personnaliser et personnaliser les offres de fidélité : cela inclut le numérique et l’utilisation des données clients telles que les balises ou encore les dispositifs CLO (Card Linked Offres) qui permettent à l’offre de s’adapter à la localisation du client. Offre basée sur les achats par carte de crédit du client.

Pour plus d’informations ou pour remboursement complet des travaux n’hésitez pas à nous contacter dans vos locaux

Pont



Source link

Programmes de fidélisation en quête de renouvellement
4.9 (98%) 32 votes