Stratégies santé des assureurs et des partenaires
4.9 (98%) 32 votes
 

Stratégies santé des assureurs et des partenaires


Vers une nouvelle augmentation de la taxe appliquée aux assureurs et mutuelles de santé …

«Le gouvernement voulait organiser un remboursement pour consolider le financement de solidarité de l’assurance maladie. Cela se fera sous la forme d’une taxe sur leur chiffre d’affaires. Cela devrait rapporter environ un milliard d’euros, notamment pour la Caisse universelle de couverture sanitaire (CMU) ». C’est ainsi que l’ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot a annoncé la mise en place de la taxe dite CMU-Bachelot fin 2008.

L’objectif étant de réduire le déficit de la Sécurité sociale, Mme Bachelot a souhaité aux assureurs et mutuelles de santé – «pour leur santé» – de s’associer à l’effort global.

Et pour cause, s’il est vrai que la consommation médicale a augmenté de 15% depuis 2005, les contributions santé ont augmenté en moyenne de 5% par an. Ce déséquilibre profite clairement aux assureurs et aux clients …

Et maintenant, 3 ans après la taxe CMU-Bachelot, le Sénat a adopté le 8 septembre le projet d’augmentation des taxes sur les mutuelles proposé par François Fillon. L’objectif est d’augmenter les revenus de l’Etat (revenus attendus: 1,1 milliard d’euros)

Les représentants de la Mutualité Française ont réagi immédiatement

Le 4 septembre, une pétition géante a été lancée contre ces mesures avec leurs initiatives. La raison: leurs représentants estiment que ces augmentations d’impôts auront 2 effets principaux:

  • Augmentation des salaires mutuels
  • Augmentation du nombre de non-bénéficiaires

Ces 2 points avaient déjà été soulevés par la Mutualité Française lors de la mise en place de la taxe CMU-Bachelot début 2009. Quels ont été les résultats un an après l’application de cette taxe?

  • En 2010, les contributions santé ont augmenté en moyenne de 5,3%. (Source FFSA)
  • Forte croissance du nombre de personnes sollicitant une aide d’État pour obtenir une complémentaire santé en hausse de 13% en un an (source FFSA)

Des changements juridiques qui conduiront nécessairement les organisations à repenser leurs stratégies

Il est clair que le secteur de la santé en France est en pleine mutation, compte tenu des tendances actuelles (déficit de la sécurité sociale, décomptabilisation progressive de certains médicaments, ou augmentation de certaines exonérations).

Ces changements conduiront sûrement les assureurs et les clients à revoir leurs stratégies de santé, car le client ne peut pas supporter des augmentations de taux récurrentes dans son contrat de soins de santé.

Quelles pourraient être les directions?

  • Adapter la politique d’enchères: Créer des offres low cost ou développer de plus en plus d’offres spéciales pour permettre aux clients de choisir leur niveau de protection en fonction de leur budget
  • Réduction des coûts:
  1. frais commerciaux : La part des honoraires des intermédiaires varie généralement de 10% à 20%. Si les organisations veulent réduire ou au moins limiter l’augmentation des tarifs, cette variable doit être une variable d’ajustement dans un proche avenir.
  2. frais de gestion : De plus en plus d’organisations mettent en œuvre la dématérialisation des flux, Swiss Life logic pousse même la signature électronique des documents
  • Meilleur contrôle de la consommationFace à l’augmentation de la consommation médicale en France, les organisations tentent d’améliorer leurs résultats. On retrouve ici différentes méthodes, comme la création de réseaux d’opticiens (comme l’ont déjà fait Malakoff Médéric, Allianz, MAAF-MMA) ou des programmes de prévention et de coaching (comme le fait Axa).

Alors pour une fois, la farce du client ne sera pas de la dinde! L’expérience le dira.

Retrouvez l’offre de conseil VERTONE pour le secteur de l’assurance



Source link

Stratégies santé des assureurs et des partenaires
4.9 (98%) 32 votes